Comme j'aime bien bidouiller quelques petits trucs de couture et que ma M.A.C était un peu rudimentaire et parfois souvent capricieuse, j'ai décidé d'entrer dans l'aire de la nouvelle technologie et d'investir dans une machine électronique. Seulement, il a fallu faire la part des choses entre le rêve - une machine à coudre qui peut broder de jolis petits motifs- et la réalité: mon compte en banque qui crie famine! 

   J'ai donc opté pour une Innovis 10 de chez Brother. Elle a les points de base et l'avantage d'avoir en accessoire un pied raseur surfileur qui pourra peut-être remplacer à moindre coût une surfileuse. Bon, c'était le choix de la raison car celui du coeur se portait plutôt sur sa petite soeur à 800E qui brodait de jolis alphabets, des petits coeurs tout mignon, des motifs super sympa... Snif.

   Pour financer mon nouveau jouet, j'ai réfléchi à diverses stratégies (deux, en fait):

- Revendre ma première machine à coudre: Banco, elle a trouvé preneur en deux temps trois mouvements.

- Faire un appel aux dons du côté de mon "partenaire domestique". Malheureusement, nous ne semblons pas avoir la même définition du mot "priorité". 

   Bon, on ne peut pas dire que mes recherches de fonds aient été fructueuses mais cela aurait pu être pire. Mais à présent que le problème pécunier est réglé, je me retrouve Macorpheline! En effet, le revendeur sur internet n'a rien trouvé de mieux que d'être en vacances jusqu'au 20 août, non mais je vous jure! Donc, comme j'ai vendu la seule et unique M.A.C dont je disposais ce week-end, je me retrouve seule et abandonnée jusqu'à la livraison de la suivante. Grrrr... Ah! impatience quand tu nous tiens.